Galère

C’est vraiment bien Ghost sur Digital Ocean sauf quand il faut mettre Ghost à jour. Je l’avoue je n’ai pas réussi, une sombre histoire de npm install qui ne supporte pas que l’on soit rootpar défaut lorsqu’on se connecte sur la machine virtuelle de Digital Ocean. Grrr ! C’est très énervant de voir disparaitre son blog même si on n’y écrit que très occasionnellement.
La seule solution que j’ai trouvée a été de réinstaller mon ancienne version à partir d’une sauvegarde, puis de créer une nouvelle machine virtuelle avec une version toute neuve de Ghost.
J’imagine que ceux qui lisent ce post ont un l’âme hackeuse, voici comment je m’y suis pris :
1. J’ai sauvé sur mon ordinateur, grâce à l’utilitaire export, le contenu textuel de mon blog dans le fichier bavardages.ghost.2016-06-23.json.
2. J’ai ensuite copié le répertoire casper que j’avais adapté aux petits oignons, j’en parlerai peut-être une autre fois. La commande magique pour ce faire est :
scp -r root@139.59.182.95:/var/www/ghost/content/themes/casper . (Oui scp pas rcp)
3. J’ai fait de même pour /var/www/ghost/config.js
4. J’ai aussi sauvé mes jolies images
5. J’ai détruit mon ancienne machine virtuelle (ils appellent ça une droplet chez Digital Ocean)
6. J’en ai créé une toute neuve avec la dernière version de Ghost supportée par mon hébergeur.
7. J’ai lié mon nom de domaine sur cette nouvelle machine
8. J’ai importé le contenu textuel que j’avais sauvé à l’étape 1
9. J’ai remis mes jolies images en place
10. J’ai remplacé le thème casper par le mien (scp de l’étape 2 dans l’autre sens)
11. J’ai fait de même pour /var/www/ghost/config.js
12. J’ai redémarré Ghost grâce à l’incantation magique :
service ghost restart 13. J’ai copié mes précieux fichiers dans Google Drive
13. J’ai copieusement insulté les techniciens de Digital Ocean qui n’ont pas été foutus d’automatiser ce pensum.
14. J’ai considéré partir autre part mais c’était soit trop cher (Ghost hébergeur coûte 3 fois plus cher que Digital Ocean), soit trop fermé.
15. J’ai décidé d’écrire ce post pour ne pas tâtonner la prochaine fois…