Cinq minutes dans l'hyperloop Jezero-Arcadie

Première minute

Ezorius

L’hyperloop a été le premier moyen de transport collectif martien. La liaison Jezero-Arcadie est certainement la plus ancienne, trois mille kilomètres en moins de trois heures, une capsule de trente passagers toutes les heures. Jezero la capitale aux mille dômes, Arcadie l’industrieuse dont les dômes miniers s’éparpillent au pied du mont Alba. Arcadie la rebelle, Arcadie la blessure au fond de son âme. Il regarde le paysage par la fenêtre : dire que les premières capsules étaient aveugles. Superintendant Ezorius Baldech chargé de la lutte antiterroriste : comme il aurait été fier de ce titre trente ans plus tôt. Aujourd'hui il se sent tellement fatigué.

Il est plongé dans ses pensées quand une femme d’une soixantaine d’années s’assied à côté de lui :

  • Alors Ezorius ta femme ne te manque pas trop ?

Il la regarde stupéfait.

  • Qui êtes-vous ?
  • Je suis l’une des rescapées du massacre d’Arcadie. Tu ne vas pas me dire que tu ne te souviens pas, quand même ? Tout ce sang, ça ne s’efface pas comme ça, même un boucher comme toi doit se souvenir.

Edora

Vingt ans qu’elle attendait ce moment ! Elle adore voir passer les émotions dans son regard : étonnement, colère, douleur. Pour ce qui est de l’étonnement, il ne va pas être déçu. Elle ouvre la cache dans son bras et en sort l’extracteur. Bien sûr il y a du sang partout et elle adore son air dégouté.

  • Tu vois cette chose Ezorius ? Elle va m’aider à te faire cracher le morceau.

Elle rit.

  • Vous êtes complètement folle ! bafouille-t-il.

Il déclenche la procédure de sécurité. Elle est prête. La capsule commence à décélérer : dans quatre minutes elle se sera arrêtée, et les commandos d’intervention qui survolent la ligne en permanence cerneront la zone, ils seront accompagnés de leurs saletés de journalistes embarqués. C’est parfait. Il a activé son armure, une lueur bleutée l’entoure.

  • Tu as toujours été un sacré couard, dis donc. Je te fais peur ? Une pauvre femme avec un bras en capilotade : un vrai héros !

Il ne répond pas.

  • C’est comme quand tu as laissé ta femme se faire égorger sous tes yeux pour protéger ta précieuse petite peau ?

Elle a tapé juste, ses souvenirs remontent : d’une pensée elle lance l’enregistrement. Elle sait ce que l’extracteur est en train de récupérer. La voix de ce chien disant : « Je ne peux donner suite à votre requête c’est absolument impossible ! » Et l’horrible gargouillement pendant que le regard épouvanté d’Anna se fiche dans sa mémoire.

Elle continue, impitoyable :

  • Et les enfants de l’hôpital, espèce de salaud ?

Là encore, les souvenirs remontent, la voix affolée du lieutenant : « Mon colonel, si l’on continue d’avancer nous allons écraser les gosses. » La caméra tactique du lieutenant renvoie l’image de dizaines d’enfants attachés, allongés par terre, ils sont terrifiés. Là encore sa voix neutre : « Lieutenant avancez, c’est un ordre ! » Les enfants disparaissent avalés par le capot du blindé. Bon, l'extracteur doit être calibré maintenant. Plus besoin de finasser, elle peut passer en force.

Deuxième minute

Restitution

Il a suivi la procédure : arrêt d’urgence et activation de l’armure. Il est inquiet pourtant, cette folle a l’air absolument sure d’elle, triomphante même : pourquoi ? Il ne risque absolument rien derrière son armure conçue pour résister à un impact direct d'une bombe d’une kilotonne. Les groupes d’intervention vont arriver dans trois minutes et ce sera fini. Il décide de l’ignorer.

  • Tu sais qui va débarquer avec tes petits copains, espèce de lâche ?

Il se concentre sur ses pensées et ne la regarde pas. Il entend soudain sa propre voix : « Je ne peux donner suite à votre requête… » Il regarde dans la direction d’où vient le son. Il reste bouche bée. L’image d’Anna, l’horrible image qui le hante depuis des années est projetée sous forme d’hologramme dans l’allée centrale. Il entend la femme :

  • Tu ne crois pas que les charognards vont se régaler quand ils vont trouver ça ? Tu vois à quoi elle sert ma baguette magique ? J’aimerais bien voir la tête de ta fille quand elle va découvrir ta vraie nature ! Quand elle va contempler les derniers instants de sa maman...

Appât

Il est à point. Elle sent la colère monter en lui. Elle voit la haine dans son regard.

  • Ah, cette bonne vieille haine ! Tu ne dis rien ? Tu voudrais me tuer, là, tout de suite, n’est-ce pas ? Tu le voudrais mais tu es trop lâche. Comme c’est dommage ! Et puis avec cette armure, comment vas-tu faire ? Je vais être glissante comme une savonnette.

Ça y est ! L’aura bleutée disparait, c’est le moment qu’elle attendait, elle arrache de son bras la liane transgénique et la lance dans sa direction : elle s'enroule autour de lui instantanément, il est immobilisé, tout geste renforce l'étreinte. Elle triomphe :

  • Le superintendant Baldech ficelé comme un vulgaire roti. Ha, ha, ha !

Elle est un peu déçue. Il n’y a aucune peur dans ses yeux, seule l'acceptation fataliste de la situation.

Troisième minute

Lieutenant Zacharias Satramontes

Zacharias est immergé dans l’action.

  • Décompte avant contact.
  • Trois minutes, lieutenant
  • Test com
  • Groupe rouge ?
  • Groupe rouge OK !
  • Groupe bleu ?
  • Groupe bleu OK !
  • Armina, tu le vois ?
  • Oui lieutenant, il a perdu les pédales, il a éteint son armure, elle l’a ligoté.
  • Pas bon, pas bon

Il se retourne vers Hedrick assis à côté de lui :

  • Qu’est-ce que tu peux couper ?
  • Tu sais que je ne peux rien couper
  • Arrête, pas avec moi ces conneries ! Qu’est-ce que tu peux couper ?
  • L’histoire de sa femme si tu veux
  • La femme et les gosses aussi
  • Les gosses, je ne peux pas
  • Bon, on verra, j’ai peut-être autre chose en échange
  • Quoi ?
  • Le lieutenant dans le blindé, c’était mon père, j’ai des enregistrements que personne ne connait
  • OK, on verra, tu as intérêt à ce que ça soit du lourd
  • Deux minutes trente, lieutenant
  • OK !

Il voit la capsule. Ils se rapprochent rapidement.

Le temps est relatif

Il fait le vide dans son esprit, il doit tenir deux minutes, cette folle est en train de le sonder. Il ne savait pas qu’un extracteur pouvait être à ce point miniaturisé. Soudain une boule de feu remonte sa moelle épinière et explose dans son cerveau. Il a le souffle coupé, il n’arrive même pas à hurler.

Elle le regarde, un rictus mauvais tord sa bouche :

  • Ben mon gros, tu croyais qu’on allait se faire des mamours ? C’est juste un avant-goût. On a deux minutes, et n’espère pas tomber dans les pommes : c’est de la bonne technologie qu’il y a derrière ma baguette. Je viens de la planter dans ta colonne vertébrale : tu m’appartiens.

Une autre onde douleur insupportable traverse tout son corps qui se cambre.

  • Les codes !

Il connait la technique, il ne peut s’empêcher de penser aux codes, l’extracteur a déjà dû les récupérer.

Autre décharge insupportable.

  • Schémas tactiques !

Et ainsi de suite : organigrammes, plans à court terme, liste des agents infiltrés. Il serait incapable de s’en souvenir par lui-même mais l’extracteur le peut, il n’est plus qu’un océan de douleur.

Soudain un calme immense l’envahit, sans qu’il sache comment, il se retrouve dans le bureau de Jaso Examar, le premier représentant.

Quatrième minute

Diversion

La voix d’Armina résonne dans son implant cochléaire

  • Intrusion lieutenant, intrusion, système compromis, elle a du le griller !
  • Éteint tout, passe en manuel

C’est maintenant la voix de Stylax le chef du groupe rouge :

  • Départ missile à onze heures
  • Impact ?
  • Quinze secondes
  • Armina, tu le vois ?
  • Oui, évitement sans problème, mais retard à prévoir
  • Tu peux nous lâcher à combien ?
  • Court de trente secondes

Stylax encore :

  • Guêpe en approche
  • Une guêpe ?
  • Oui lieutenant, ils seront sur site avant nous
  • Merde, merde !

Dérobade

Ce gros porc vient de claquer, ce n’est pas de bol ! Elle voit la guêpe s’approcher : excellent tempo !

Elle retire l’extracteur, le range soigneusement. Utiliser leurs propres codes pour envoyer ces informations à leur nez et à leur barbe et se tirer : ce doit être le plus beau coup jamais tenté depuis le début de la guerre. Elle passe son casque et se tient recroquevillée sur elle-même les mains sur la nuque. Elle commence à compter :

  • Un, deux … dix, la porte vole en éclat !

Deux hommes entrent, l’attrapent et la portent littéralement à l’intérieur de la guêpe. Ils s’asseyent, s’harnachent, l’un d’eux fait un signe de la main, l’accélération l’écrase sur son siège.

C’est fini.

Cinquième minute

Confidences

Jaso le regarde gravement.

  • Mon cher Ezorius si jamais vous vous souvenez de cette rencontre c’est que vous êtes entre la vie et la mort. Nous avons décidé d’implanter de faux souvenirs dans votre esprit parce que vous êtes surveillés par la rébellion depuis plusieurs mois maintenant. Edora Desost, celle-là même qui a donné l’ordre d’exécuter votre femme à Arcadie il y a bientôt vingt ans, a monté un plan minutieux pour vous enlever et vous extorquer nos codes. Vous avez vous-même proposé de profiter de l’occasion pour tromper leur organisation et couvrir nos agents infiltrés. Il fallait pour cela vous laisser piéger, et révéler quelques codes au milieu d’un flot de fausses informations qui nous permettront de mieux les manipuler. Nous savions que les trente dernières secondes de l’opération seraient cruciales. Notre idée pour vous faire sortir de ce piège a été de vous faire mourir pendant l'inévitable séance de torture. L’équipe qui sera chargée de vous secourir et qui n’est bien sûr pas au courant de notre subterfuge n’aura pas plus de quinze secondes pour vous ramener à la vie. J’espère que nous aurons l’occasion de parler de tout ça de vive voix mais je ne voulais pas prendre le risque de vous perdre sans vous dire que vous êtes sans conteste l’homme le plus courageux qu’il m’ait été donné de rencontrer. Celui que j'admire certainement le plus.

Sauvetage

Armina compte :

  • Neuf, huit, sept, …, deux, un, top ! Go, go !

Décharge d’adrénaline, Rouge et Bleu prennent position, et sécurisent les abords de la capsule. Zacharias se rue à l’intérieur, sur ses pas Armina et Hedrick scellent l’entrée avec un gel d’urgence, et pressurisent le cockpit.

Zacharias se précipite vers le corps inerte d’Ezorius, lui passe un masque à oxygène, et commence un massage cardiaque.

Armina lui fait une injection d'urgence et sort le défibrillateur :

  • Un, deux, trois ! Pousse-toi Zach, choc ! Un, deux, trois…

Hedrick regarde les deux hologrammes, il entend Ezorius : « Lieutenant, avancez, c’est un ordre ! »

Il a coupé son enregistreur : image et son. Zacharias est un homme de parole, il le suivrait en enfer, alors…

Épilogue

Post-mortem

Eliana Baldech regarde le mont Alba au loin, son père adorait cette pièce. Sur le bureau il y a une photo de sa mère, ses yeux se brouillent. Elle doit aller reconnaitre le corps, le premier représentant l’a personnellement appelée pour lui dire qu’on passerait la chercher. On sonne. Un jeune officier se tient sur le seuil, il est un peu guindé :

  • Lieutenant Zacharias Satramontes Mademoiselle, c’est moi qui dois vous accompagner.

Ils montent dans la bulle de liaison qui attend un peu plus loin. Elle ne reconnait pas l’endroit vers lequel ils se dirigent.

  • Où allons-nous lieutenant ?
  • Je ne suis pas autorisé à vous le dire Mademoiselle.

Elle ne lui dit pas ce qu’elle lui aurait dit en d’autres circonstances.

Ils entrent dans une propriété luxueuse, il l’a conduit dans un grand salon :

  • Si vous voulez bien attendre un moment.

Elle en a maintenant vraiment assez :

  • Écoutez lieutenant, ça suffit, ramenez-moi tout de suite chez moi !

Elle entend une voix familière dans son dos :

  • Cesse de martyriser ce pauvre homme, c'est lui qui m'a sauvé la vie tout de même !

Cinq minutes dans l'hyperloop Jezero-Arcadie

Il repasse le message. Zacharias le regarde :

  • Je connais bien cette histoire des gosses de l'hôpital, Hedrick. Mon père m'en a souvent parlé : guerre psychologique. Des leurres sophistiqués capables de tromper nos senseurs. Technique efficace car ils utilisaient souvent des boucliers humains. Tu trouveras le rapport complet attaché, il n'est pas encore déclassifié, tu as risqué gros en coupant les enregistrements, je risque gros en te transmettant ça.

Il s'arrête un instant.

  • La rébellion cherche à provoquer des chocs émotionnels, peu importe la vérité. Le superintendant déjà calomnié, le soi-disant boucher d'Arcadie en train de donner l'ordre de rouler sur des enfants. Voilà ce que beaucoup retiendraient, voilà ce que certains de tes collègues exploiteraient sans vergogne. Aujourd'hui il est mort, ne salissons pas sa mémoire, respectons ses proches.

Il lui sourit.

  • Utilise ça au mieux si jamais on te cherche des noises. Au fait, j'ai vu ton reportage « Cinq minutes dans l'hyperloop Jezero-Arcadie, » c'était super, j'ai cru que j'y étais.